Quelles histoires effrayantes raconter le soir d’Halloween ?

Quoi de mieux le soir d’Halloween que de lire des histoires effrayantes ? Des histoires presque horribles pour les enfants que vous pouvez lire sur le canapé, dans le noir, avec une couverture de laine pour vous tenir chaud et peut-être avec une seule bougie allumée à l’intérieur de la citrouille sculptée. Voici quelques histoires qui vous donnent vraiment la chair de poule.

Vous vous serez bien habillés et vos petits ressembleront à de vrais monstres, plus qu’à l’ordinaire, alors voici le moment du vrai suspense ! Voici les histoires !

Douce Nuit et autres nouvelles cruelles de Dino Buzzati

Dans le silence s’inscrivent les bruits de la nuit : le mystérieux bruissement du jardin, de la campagne, des arbres, des branches, des feuilles, de la pelouse, les petites voix des bêtes, la complainte des grillons, le gargouillement des escargots, des petits escargots, les grincements impalpables des grillons taupes et des araignées. Et au milieu de tant de nuit, en se tendant les oreilles, un lointain piétinement sur l’herbe et les bâtons, légèrement léger. Vous avez entendu ? – répétait Gianni, pâle et pâle. Non, Gianni, je n’ai rien entendu.

La peur de l’obscurité de R. Bradbury

Il était une fois un garçon qui n’aimait pas le noir. Il aimait les lanternes et les lampes, les torches et les bougies, les flammes et les faisceaux de lumière. Mais il n’aimait pas le noir, qui est la nuit. Il n’aimait pas du tout les interrupteurs, car ils éteignaient les lumières jaunes, les vertes et blanches, les lumières d’entrée, les lumières de toute la maison. Il n’aurait pas voulu toucher l’interrupteur pour quelque raison que ce soit. Et il ne jouait jamais dehors dans le noir. Une nuit, le garçon a erré dans la maison tout seul. Mon Dieu, les lumières ! On aurait dit que la maison était en feu ! Tout d’un coup, il a senti un contact avec la fenêtre. Une fille se tenait là parmi les lumières blanches, les lumières vives, les lumières d’entrée, les petites lumières, les lumières jaunes, les lumières chaudes. Mon nom est Dark – dit-elle. Elle avait les cheveux et les yeux foncés, et portait une robe et des chaussures sombres. Mais son visage était blanc comme la lune. Vous êtes triste et seul – a-t-il dit. -Je vous ferai découvrir la Nuit et vous deviendrez des amis. Et j’ai éteint la lumière d’un porche. Vous le voyez – dit-il. – La lumière ne s’est pas éteinte. Non ! La nuit vient de s’écouler. Vous pouvez allumer et éteindre la nuit, tout comme vous pouvez allumer et éteindre la lumière. Et avec le même interrupteur ! Quand on allume la Nuit, on allume aussi les criquets ! Et vous allumez les grenouilles. Et vous allumez les étoiles ! Qui peut entendre les grillons et les grenouilles avec les lumières allumées ? Personne ne peut les entendre. Qui peut voir les étoiles et la lune avec les lumières allumées ? Personne. Comprenez-vous ce que vous perdiez ? Avez-vous déjà pensé à allumer les grillons et les grenouilles ? Avez-vous déjà pensé à éclairer les étoiles et la grande lune ? Non – dit le garçon. Eh bien, essayez ! – dit le Ténébreux. Et c’est ce qu’ils ont fait. Ils ont monté et descendu les escaliers pour éclairer la nuit. Pour éclairer les ténèbres. Faire vivre la Nuit dans chaque pièce. À ce moment-là, le garçon était vraiment heureux.

DRACULA de Bram Stoker…

3 octobre – Transylvanie . Les docteurs Steward, Van Helsing, Arthur et Jonathan se lancèrent sur les traces de Dracula : ils étaient désormais certains de le piéger dans les ruines de l’abbaye, où un refuge inattendu avait été préparé. Malheureusement, ses pouvoirs surnaturels ont été décisifs : le vampire a réussi à s’échapper, certainement en se rendant à son château en Transylvanie. Nous avons décidé, d’un commun accord, d’organiser une expédition pour mettre fin à sa tragique existence. Avant le coucher du soleil, nous devrons lui planter un pieu dans le cœur. Ce n’est qu’alors qu’il n’entendra plus jamais parler de ce meurtrier. Le voyage était fatiguant, mais nous avons réussi à précéder Dracula sur la route de son château. Je suis maintenant aux côtés du professeur Van Helsing. C’est un jour froid, et la première neige de la saison froide est tombée, qui ici, dans les Carpates, commence plus tôt qu’en Angleterre. Nous atteignons une clairière, une clairière au sommet d’une colline et de là, la vue s’étend jusqu’au château du comte Dracula. Le sinistre manoir se détache nettement sur le ciel bleu pâle. Nous entendons un bruit qui s’approche. Nous levons les yeux vers la résidence du comte et nous voyons des hommes qui escortent une charrette… À l’approche du véhicule, nous pouvons voir les détails. Il y a une caisse dans le wagon. Oh, mon Dieu ! Peut-être que la fin approche pour nous ! Nous sentons ce qui pourrait s’y trouver et nous sommes effrayés. Heureusement, nous sommes rejoints par nos « chevaliers » du fond de la vallée. C’est Jonathan, le Dr Steward et Arthur. Ils nous disent de nous abriter sous une sorte d’éperon rocheux qui borde la clairière. Nous obéissons. Nos hommes sont maintenant devant les hommes du comte Dracula. . Le combat est difficile. Plus d’une fois, je crains pour la vie de Jonathan, mais à la fin, les ennemis sont tués par les poignards de Steward et d’Arthur, ou ils s’échappent précipitamment. Mon mari se projette alors sur la caisse, bref le snap, et …oh, je ne regarderais pas !… Le comte gît immobile, mortellement pâle, avec un visage cireux et des yeux rouges qui brillent dans la lumière éclatante du coucher de soleil. Jonathan n’hésite pas un seul instant. Il plonge le pieu en cendre dans la poitrine de Dracula comme Steward et Arthur le font. Un cri s’élève si haut. Maintenant, tout ce qui reste de Dracula est un tas de poussière. Disparu, disparu dans les airs. Nous nous embrassons avec joie. Nous ne pouvons pas croire que le cauchemar est terminé.

Le Cheese Ghost

Un jour, trois enfants qui voulaient prouver qu’ils étaient très courageux ont fait un pari : passer une nuit entière dans une maison hantée par un fantôme terrible et effrayant : le Cheese Ghost.

La première nuit, le premier enfant prend son courage à deux mains et apporte avec lui un sac de couchage et une bougie, mais il ne peut pas dormir et attend avec peur minuit, l’heure des fantômes. Au douzième carillon, une rafale de vent souffle la bougie, il entend un bruit suspect de chaînes puis une voix : « Huuhuu, je suis le fantôme Cheese. Sortez de chez moi si vous ne voulez pas que ça se termine mal ! Il est effrayé et s’enfuit par la fenêtre.

Cela est répété la nuit suivante avec le deuxième enfant. A minuit, le bruit des chaînes, du vent et de la voix : « Huuuhuu, je suis le fantôme Cheese. Sortez de chez moi si vous ne voulez pas que ça se termine mal ! Et le pauvre s’enfuit en courant.

La troisième nuit est celle du troisième enfant avec un sac de couchage qui s’apprête à dormir et souffle la bougie. Il est minuit : une rafale de vent traverse la pièce et le garçon se couvre mieux avec son sac de couchage. Puis le bruit des chaînes, et il se tourne vers l’autre côté. « Huuhuu, je suis le fantôme du fromage, si tu ne pars pas, je vais t’étaler sur le pain ! »

La légende de Jack O’Lantern

Il y a longtemps, en Irlande, vivait un homme timide nommé Jack. Il passait toutes ses journées à boire entre deux tavernes. Il était très avare, c’est pourquoi il n’invitait jamais personne à sa table pour boire avec lui. Chaque fois que quelqu’un l’a invité, Jack a immédiatement refusé, craignant de devoir rendre la pareille. Tout cela ne le dérangeait pas du tout, et de toute sa vie, il n’avait jamais eu d’ami. Un jour, Jack est mort, et lorsqu’il est venu au Ciel, le Seigneur n’a pas voulu l’accueillir à cause de son avarice, et il lui a conseillé de se tourner vers le Royaume du Mal. Puis, n’ayant pas d’autre choix, Jack a frappé à la porte des Enfers et, dans l’obscurité totale, a eu là aussi une mauvaise surprise. Le diable l’a reconnu et a refusé de l’accueillir.

Parce que Jack a insisté pour entrer, le Diable l’a chassé de façon malveillante et a jeté un feu brûlant sur lui. Jack, pour se faire léger, le ramasse et le met dans une citrouille et est obligé de retourner dans le monde des vivants. Il s’est donc mis à errer avec cette lanterne à la recherche de quelqu’un qui pourrait l’héberger, mais tout le monde l’a évité comme s’il puait. Aujourd’hui encore, selon la légende, Jack errait sur la terre avec sa lanterne toujours allumée, mais toujours seul, car il avait choisi de vivre.

Gérardo et la bougie

Il était une fois, il y a bien longtemps, un homme nommé Gerardo. Il détestait tout le monde et c’est pourquoi j’ai décidé de vivre isolé au sommet d’une montagne. Il vivait dans un château sombre où il faisait toujours nuit et où il pleuvait toujours au printemps et en hiver. Les gens l’esquivaient et on disait que la nuit, l’homme se rendait dans un champ de citrouilles où il les ramassait toutes et les amenait au château. Et là, il se mettait à les vider, ne mangeant que du jus de citrouille, des pâtes au potiron, des raviolis au potiron, de la confiture de citrouille….etc. Un jour, les bougies du château ont été soufflées et Gerardo avait fini toutes les allumettes. Il a donc décidé de descendre au sous-sol, où il savait qu’il restait au moins une bougie et une allumette. Il descendit dans l’obscurité et se dirigea à tâtons vers la table où se trouvait la bougie avec l’allumette.

Gerardo l’a allumée et, ne sachant pas où la mettre, il l’a placée dans une des nombreuses calebasses vides dont le sous-sol du château était plein. Gerardo avait une bougie interdite à la main, en fait, quiconque la touchait pouvait réaliser un souhait. Le désir de l’homme a toujours été d’effrayer tous ceux qui parlent de lui. Dit et fait, Gerardo s’est transformé en sorcier. Il est monté sur un balai magique et est parti pour atteindre le village. Il a atterri devant la porte d’une des nombreuses maisons et a frappé trois fois de suite. Ils ont ouvert deux enfants qui se sont retrouvés devant une hideuse sorcière. Gérard a prononcé des mots magiques pour transformer les enfants en souris, mais la magie n’a pas fonctionné. En fait, l’homme ne savait pas que la magie maléfique n’avait aucun pouvoir sur les enfants.

Gerardo marmonne et les enfants, ne sachant que faire, lui offrent des chocolats et lui tiennent compagnie. L’homme leur a alors donné la bougie à l’intérieur de la citrouille et leur a appris la formule magique. C’est ainsi que les enfants ont appris à l’utiliser non pas pour retourner les personnes qui ont ouvert la porte, mais pour obtenir des bonbons…..

Eczéma d’enfant : traitements et conseils
Idées créatives pour remplir les calendriers de l’Avent