Soins à la mère pendant l’allaitement

Les soins nécessaires pendant l’allaitement comprennent une alimentation saine, une alimentation équilibrée, la vérification des médicaments qui peuvent aider le bébé et la découverte des exercices qui peuvent être pratiqués. Lorsque vous prenez soin d’un nouveau-né, les directives suivantes doivent également être suivies.

Lorsque vous attendez l’arrivée d’un bébé, surtout si vous êtes nouveau, vous êtes constamment à la recherche d’informations pour tout savoir sur les soins aux nouveau-nés, parce que tout est nouveau et parce qu’avoir un bébé est une grande responsabilité. Avant de préparer autant de produits nécessaires au bébé et de lire des informations, vous devez également garder à l’esprit que la mère pendant l’allaitement a besoin de soins, doit être forte et connaître les choses qui ne peuvent pas interférer car elles peuvent être nocives pour le bébé.

Voici les lignes directrices que la mère doit suivre pendant la période d’allaitement :

Aliments et boissons pendant l’allaitement

Voici les recommandations que vous devez suivre : Le régime alimentaire doit être basé sur une alimentation saine, variée et équilibrée, dans laquelle les additifs et les contaminants doivent être évités. En d’autres termes, mangez des fruits et des légumes, des protéines, des glucides, du lait et de ses dérivés.

Ce n’est que dans certains cas, en raison d’une maladie ou de problèmes nutritionnels, que le médecin peut conseiller certains compléments. Dans les pays où il n’y a pas d’iodation totale de la chaîne alimentaire, comme en Espagne, pour que le lait maternel fournisse des quantités suffisantes d’iode au nourrisson, il est conseillé à la mère d’en prendre tout au long de la grossesse et de l’allaitement, en plus de cuire ses aliments avec du sel iodé et de manger du poisson. 

Le fait qu’il y ait pendant la grossesse des aliments que les femmes enceintes ne peuvent pas manger conduit à penser que c’est le cas pendant l’allaitement. Toutefois, le bébé éprouve de manière répétée une sorte d’inconfort tel que des vomissements, de la diarrhée, une gêne ou un rejet de lait, qu’il peut être nécessaire d’éviter l’aliment qui provoque cette réaction. Les aliments changent le goût du lait « Le guide du ministère de la santé pour un allaitement maternel heureux, lorsque la mère mange différents types d’aliments, elle stimule les sensations gustatives du bébé « ce sont des enfants qui sont habitués à des goûts et des arômes différents bien avant d’être directement mangés », cela permettra au bébé d’accepter plus facilement l’alimentation complémentaire.

Il n’y a aucune preuve que tout type d’aliment puisse aider à produire plus de lait. La meilleure façon de produire plus de lait est de le sucer à la demande sans restriction. Évitez la consommation excessive de café, de boissons au cola, de thé et de chocolat. Le comité d’allaitement a souligné que de fortes doses de caféine, plus de 3 tasses de café peuvent provoquer somnolence et irritabilité chez les bébés. Certains bébés qui reçoivent des doses plus faibles peuvent également présenter ce symptôme. Si vous prévoyez de les utiliser à temps, vous devez les utiliser après l’allaitement.

Le « Guide pour réussir l’allaitement » indique que « la grande majorité des maladies maternelles sont compatibles avec l’allaitement car elles ont un traitement qui peut être pris sans avoir à s’arrêter. Vous devez vérifier le risque que présente chaque médicament pour votre bébé, car ils sont administrés par le lait maternel. Vous devez toujours suivre les conseils de votre médecin, pédiatre, sage-femme ou obstétricien. Aucun soin spécifique n’est requis pendant l’allaitement, comme indiqué dans le « Guide de l’allaitement » du département de santé du gouvernement « une douche quotidienne avec de l’eau et le savon habituel est suffisante et vous devez vous laver les mains à chaque tétée ». Ne pas se laver avant et après avoir pris les photos, et encore moins avec des savons « spéciaux » car ils sont plus agressifs et produisent plus d’humidité, et donc il y a plus de risques de fissures.

Les mamelons doivent être maintenus à l’abri de l’humidité, vous pouvez utiliser des protections qui seront placées entre le sein et le soutien-gorge, elles servent à absorber les gouttes et vous devez les changer lorsqu’elles sont mouillées. Pour prévenir ou fermer les fissures, il est recommandé de « presser quelques gouttes de lait après l’allaitement et de les répartir sur le mamelon et l’aréole du sein ». Si vous êtes dans ce cas, il est conseillé d’aller voir la sage-femme et de suivre ses instructions.

L’alcoolisme chronique est incompatible avec l’allaitement. L’alcool, y compris la bière, doit être complètement éliminé. Lorsque la mère boit de l’alcool, il passe dans le lait maternel et passe au bébé. Selon l’AEP Breastfeeding Committee, une consommation modérée de bière ou de vin ne nuit pas à la santé de la mère, mais peut affecter le bébé. Les médicaments sont incompatibles avec l’allaitement, après ingestion, ils atteignent le lait et sont transmis au bébé qui ressentira à la fois des effets et un sevrage.

Le tabac doit être arrêté car, comme le souligne le « Guide de l’allaitement maternel », « il n’existe pas de niveau de consommation sûr ». Si la mère ne fume pas, le bébé sera moins susceptible de contracter des infections respiratoires, de mieux grandir, d’avoir moins de risques de mort subite et de ne pas être dépendant. Les parents ne doivent pas permettre de fumer dans la chambre ou même à la maison.

On souligne les considérations suivantes : L’allaitement et le sport sont compatibles, en outre il apporte de nombreux avantages à la mère parmi lesquels : il aide à perdre la graisse de la grossesse, réduit le stress et l’anxiété ou augmente la force et la flexibilité. La pratique d’un exercice intense et continu n’est conseillée qu’aux sportifs professionnels.

L’exercice physique intense chez les femmes qui n’ont pas été formées auparavant peut entraîner une diminution du volume de lait et des modifications de sa composition. La natation est contre-indiquée dans la période post-partum immédiate. Les sports qui présentent un risque de traumatisme mammaire ne sont pas recommandés. Il faut faire de l’exercice, utiliser un soutien-gorge de sport en coton, s’échauffer au préalable, augmenter l’apport hydrique et l’intensité de l’exercice doit être augmentée progressivement.

Le principal conseil donné est de toujours consulter la sage-femme, le médecin ou le pédiatre du bébé en cas de doute et de suivre leurs conseils pour prendre soin de vous et du nouveau-né.

Eczéma d’enfant : traitements et conseils
Idées créatives pour remplir les calendriers de l’Avent