La valeur éducative des jouets pour votre enfant

Les magasins de jouets submergent les familles. Alors que les adultes fouillent les rayons sans s’orienter, les enfants s’intoxiquent en raison de l’offre excédentaire. Il en résume des hurlements, de l’hystérie et des crises de colère. Ces boutiques ne permettent pas à maman et papa de trouver facilement le bon jouet. Après tout, qu’est-ce qui distingue les bons jouets des jouets moins recommandables ? Avec les quatre principes suivants, non seulement les parents (mais aussi grand-père et grand-mère) achètent le bon jouet pour la progéniture.

Il faut de la fantaisie : des jouets qui défient

Les enfants, surtout les plus petits, aiment bien sûr tout ce qui bouge et est bruyant. Une poupée parlante, une horloge à remontage automatique ou une voiture automotrice dégage ainsi une certaine fascination. Mais certainement pas pour longtemps, car chaque enfant veut créer ou découvrir par lui-même. Ainsi, tout objet de jeu qui s’est rencontré en cause l’instinct de jeu d’un enfant et sa volonté d’expérimenter est bon. Les blocs de construction et les briques Lego sont les meilleurs exemples. Il n’y a pas que les maisons, les tours et les animaux peuvent être construits aussi. Les pièces peuvent être de merveilleux substituts de for et d’autres choses dans l’imagination des enfants. Ainsi, tous les Legos rouges sont maintenant par exemple des tomates au jeu du magasin, tous les haricots green etc.

Des jouets adaptés à l’âge

Si un enfant ne peut rien faire avec des jouets, c’est souvent parce qu’il est trop jeune ou trop vieux pour cela. Cela peut conduire à la frustration et à la confiance en soi affaiblir. Les jouets doivent correspondre avant tout au développement mental et à la motricité fine. Il doit donc être capable de reconnaître la fonction du jouet et les mouvements à exécuter, par exemple, pour frapper le bloc de construction avec le marteau de jeu. Les indications d’âge sur les jouets sont une première orientation. Il est préférable que les parents se fient à leurs propres observations et sachent ce que leur progéniture peut déjà faire, ce qui les intéresse et ce qu’ils comprennent déjà.

Sécurité : petit enfant, grand jouet

Il est étonnant de voir ce que les petits enfants peuvent avaler ou mettre dans leurs oreilles et leur nez. C’est pourquoi la règle non écrite s’applique, plus l’enfant est petit, plus le jouet doit être grand. Les jouets pour enfants ne sont jamais aussi trop carrés,  et ne peuvent contenir des substances toxiques telles que des adoucisseurs. Pour faciliter la reconnaissance de la sécurité d’un jouet, il existe des sites sceau d’approbation, qui garantissent des normes de sécurité différentes. Tous les jouets portent le sceau « CE », en bref pour « Communauté européenne », c’est-à-dire la communauté européenne. Bien qu’elle soit obligatoire pour les jouets, elle n’exige que des normes minimales, qui ne sont d’ailleurs pas contrôlées par un organisme neutre.

Qualité : Moins, c’est plus

La formule « moins c’est plus » s’applique surtout au design. Après tout, les formes et les couleurs doivent susciter la curiosité des enfants tout en autorisant suffisamment de place à leur propre imagination. Un bon design est souvent perçu comme très simple, mais il favorise la créativité plus que des jouets très colorés et trop génèrent. Les parents doivent éviter les jouets bon marché. S’ils se cassent facilement, il y a un risque de blessure. S’il est fait de matériaux trop mauvais, la question reste de savoir si l’objet est vraiment exempt de polluants et respectueux de l’environnement.

Eczéma d’enfant : traitements et conseils
Idées créatives pour remplir les calendriers de l’Avent